Projets Vie associative  -  Intégration sociale  -  Culture  -  Jeunesse

IntÉgration sociale et politique

Inscription sur les listes Électorales municipales

La sensibilisation des Portugais à la participation aux élections municipales, était un chantier trop vaste pour être l'affaire du réseau associatif, elle relève directement de la responsabilité des Etats concernés (dans ce cas, surtout, de l'Etat français, très secondairement de l'Etat portugais).

L’intervention si attendue du Ministère de l'Intérieur français, qui aurait été médiatiquement payante, n'est pas venue. Comme lors de la participation aux élections pour le Parlement européen, alors même qu'il s'agit d'ancrer une citoyenneté européenne dont la France est autant signataire que n'importe quel autre pays, c'est plus dans les Consulats du Portugal que dans les Préfectures françaises que l'on a trouvé de l'information, du conseil, du soutien.

Aberrante, cette situation du Consul qui explique à "ses" ressortissants qu'ils ont intérêt à intégrer la vie politique française.

Très critiques face à cet immense vide, malgré nos faibles moyens, nous avons considéré que l'année 2000, serait intensément consacrée à la sensibilisation civique et c'est ce que nous avons fait jusqu'au dernier jour de décembre.

Étant une coordination d'associations, qui n'a pas comme vocation de se substituer mais d'accompagner, de suggérer, de créer des outils adaptés, nous avons, surtout, élaboré des supports les plus simples de lecture et les avons mis à disposition de notre réseau. Souvent il a fallu se déplacer, si l'association locale nous le demandait, pour compléter les tracts ou les émissions radio. Nous l'avons fait, les dirigeants bénévoles comme les animateurs.

Si les résultats (globalement, au plan national) sont faibles, c'est que la tâche, comme nous le disions plus haut, est trop lourde pour nos forces et de longue durée. Nous aimions nous le rappeler pour ne pas décourager, le pourcentage de femmes qui participe aux actes électoraux a mis trente ans à se rapprocher de celui des hommes.

MÉdiation scolaire (projet europÉen)

« Actions de médiation entre les minorités culturelles et les structures socio-éducatives »

Cette action a été mené par des associations de quatre pays, la BAGIV, un collectif national d’associations d’immigrés pour l’Allemagne, la Mission Locale Forest, intervenant dans le quartier bruxellois de Forest, pour la Belgique, la Fondation Ser.Gi, intervenant surtout dans l’accueil des familles immigrées dans la région de Girona, pour l’Espagne et la CCPF pour la France.

« L’objectif du projet est d’encourager la vie pacifique entre les différents groupes de la population et des institutions, surtout au sein des institutions éducatives des sociétés d’accueil, de répandre une image positive sur ces minorités et de développer le dialogue entre les différents groupes ethniques de façon qu’une participation à la société européenne basée sur l’égalité soit possible. »

La période d’un an prévue pour le projet a limité les organisations partenaires tant sur le plan du contenu que sur le plan de l’organisation ; pendant cette période la coopération fut ainsi caractérisée par des discussions intensives lors des différentes réunions ainsi que par une communication à l’aide de médias électroniques entre les réunions. Au total ont eu lieu cinq rencontres et un forum européen dans les pays partenaires.

Les participants de France (Turkan Kaya, médiatrice scolaire, de l’Association des travailleurs de Turquie, Paris, Hadiatou Diawara, médiateur socio-culturel, de l’Association boullyenne pour le développement et l’insertion, Aubervilliers, Seine Saint-Denis, Patrícia Martinez, chargée de mission école, au FAS, Jorge Portugal Branco, sociologue, chargé de mission au département social de l’Ambassade du Portugal en France et Helder Alvar, chercheur en sciences de l’éducation, membre du Centre de recherche sur l’imaginaire social en éducation, de l’Université de Paris XIII) se sont rencontrés autour de la question : « Quelles stratégies de «médiation» permettent la «reconnaissance» des minorités culturelles pour leur participation en matière socio-éducative ? »

Pour notre part, pendant trois mois (avril à juin), six rencontres ont été organisés, à Paris, sur « L’orientation scolaire », « L’implication des parents étrangers dans les associations », la « Pratique de la langue d’origine », « L’exemple de médiation dans la communauté turque ». La dernière rencontre, la réunion d’évaluation a eu lieu à Bonn les 22 et 23 novembre. A cette occasion on a procédé à une évaluation et appréciation du projet ; en même temps il y a eu discussion et accord sur les documents finaux.


Étude sur la vie associative

Elle est conduite par l’équipe de chercheurs, pilotée par Marie Antoinette Hily de l'Université de Poitiers (Migrinter), avec la collaboration de Marie Claude Muñoz (Cnri/EHSS), Albano Cordeiro (URMIS/Cnrs), Michel Poinard (Université de Toulouse Le Mirail), Michel Oriol (Soliis-Urmis/Université de Nice Sophia-Antipolis), Nathalie Kotlok-Piot (Migrinter/Université de Poitiers) et de l’équipe de la CCPF (Carlos Pereira et Sylvie Crespo).

La réception des quelques 120 pages qui composeront le document final est prévue pour la mi-juillet 2001. Le FAS sera l'un des destinataires prioritaires de cette étude.

Elle sera ensuite intégrée dans la préparation du prochain congrès de la CCPF qui se tiendra en octobre. Des réunions par région, avec la participation de dirigeants associatifs et de chercheurs, entre la mi-septembre et la mi-octobre (congrès), permettront de confronter les hypothèses émises par les chercheurs à la perception pragmatique des dirigeants.

La thématique générale du prochain congrès (en gros, de quelles associations avons-nous besoin pour faire quoi ?) trouvera là un document de travail qui tombe au meilleur moment.


Les retraitÉs

cette action novatrice s’oriente autour de cinq grandes actions :

-Mettre en place un groupe de travail « retraités »
-Poursuivre les réunions d’information liées à la retraite en partenariat avec la CNAV (caisse nationale d’assurance vieillesse) et la segurança social portuguesa.
-Apporter un appui à la création de Clubs du 3 ème âge portugais
-Faciliter la reinsertion des portugais ayant fait le choix du retour au Portugal


Actions diverses

Participation à des rencontres et séminaires.

Tasteray
Coordination des Collectivités
Portugaises de France
7 av. de la porte de Vanves - 75 014 Paris
Tel : 01 79 35 11 02
contact@ccpf.info           Consultez les actualités de la CCPF et de son réseau :    www.klubasso.fr/ccpf